L’aventure ambiguë d’un horloger de fortune

par Déc 7, 2020Déplacements Forcés, Développement, Protection et assistance, Réintégration, Santé, Sécurité

Pour chercher fortune et « découvrir la Capitale de son pays », Haman Bakari, la cinquantaine passée, a conquis les 1314,6 km qui séparent Maroua dans le septentrion, sa ville d’origine, à Yaoundé, la cCapitale politique du Cameroun, ce pays de l’Afrique centrale frappé de plein fouet par la pandémie du Coronavirus.  

L’horloger de fortune a installé son étal dans les encablures du Sstade Oomnisport Ahmadou Ahidjo, au Quartier Mfandena. Haman Bakari est arrivé à Yaoundé il y a une dizaine d’années. Pour gagner sa vie, il effectue également de petits boulots afin d’arrondir les fins de mois. 

Toujours à la quête de son objectif, Haman Bakari doit aujourd’hui survivre face aux effets négatifs de la Covid-19 sur l’économie du Cameroun. En effet, les clients se font de plus en plus rares pour ce père de six enfants. Le nombre de clients est passé de plus de 10 à moins de deux par jour.  

Haman Bakari peine désormais à gagner 1 500 Francs CFA quotidiennement. Parfois, il rejoint sa demeure sans le moindre sou. « Avant, je pouvais avoir 7 000 Francs la journée, » voire plus », argue celui qui passe l’essentiel de sa journée sous le soleil. « C’est Dieu qui amène un ou deux clients », renchérit l’horloger. Il partage ces moments devenus coutumiers depuis l’arrivée du coronavirus avec l’un des siens, la soixantaine sonnée. La visite d’un proche permet de casser l’ambiance morose comme ce fut le cas le 10 juillet 2020. 

A la maison, la pression a atteint son pic, « Les enfants sont devenus agressifs. Tout le monde n’a plus que droit à deux repas par jour : le petit déjeuner et le dîner pris à 18 heures », se lamente Haman « Ma femme ne fait rien, elle est à la maison », ajoute -t-il. Selon l’horloger, le contexte a rendu difficile l’accès à des activités, même mineures. Du coup, les autres pressions venant du bailleur sont de plus en plus difficiles à soutenir, affirme la natif « 100% » de Maroua. Auprès du propriétaire de la demeure qu’il occupe depuis bientôt cinq ans, Haman Bakari doit verser la modique somme de 25 000 Francs CFA par mois. « Le bailleur ne connait pas le coronavirus », soutient Haman Bakari. Pour sa santé, le monogame a recours à l’automédication, comme beaucoup d’autres, au regard de ses possibilités financières extrêmement limitées. 

Face à la Covid-19, alors que le Cameroun a franchi la barre de 15 000 infections, plus de 12 000 guérisons et près de 300 décès, l’instinct de survie a pris le pas sur les mesures barrières contre la Covid-19 prescrites par l’organisation mondiale de la santé (OMS) et réitérées par le gouvernement. Haman Bakari qui ne cache pas sa peur, ne porte pourtant pas de masque.  

« Souvent je porte le masque, parfois je ne porte pas », réplique Haman Bakari. Conscient que le mal existe, il s’en remet à Dieu : « le commissaire vivant près de chez moi est mort de coronavirus », dit-il.

Toutefois, Haman Bakari croit que la situation va s’améliorer. Aussi, et en attendant que les activités reprennent leurs cours normaux, il scrute l’horizon à la recherche de deux ou trois clients, question pour lui de répondre aux besoins pressants du quotidien. 

Selon l’organisation internationale pour les migrations (OIM) dans le rapport de 2013 intitulé « Migrations internes au Cameroun: Contrainte ou moteur du développement urbain et sanitaire? », on apprend que « la propension à la migration interurbaine est plus élevée à Maroua avec 62 % de ménages-migrants favorables » ; que les personnes âgées entre 46 et 50 ans sont 0,6% à changer d’environnement. Selon le document, « un total de 1 790 migrants a été recensé dans les 500 ménages-migrants enquêtés, soit une moyenne de quatre migrants/ménage-migrant ». Les hommes représentent 53,1 % et les femmes 46,9 %. 

Hervé Ndombong 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez à notre newsletter

Rejoignez notre listede diffusionpour recevoir les dernières nouvelles etmises à jour de l'OIM | Reporing Migration

Vous vous êtes enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest

Share This